Deprecated: mysql_connect(): The mysql extension is deprecated and will be removed in the future: use mysqli or PDO instead in /web/c2si/www/cpac/Scr/libcms.php on line 5
-:- CPAC: Comité Inter-états des Pesticides en Afrique Centrale -:-
Mardi 26 septembre 2017
 
CPAC Info Pesticides (CIP), N°009 of January-March 2010 : Le paraquat, l’azinphos methyl et l’endosulfan a l’article iii de la convention de rotterdam.:  
Accueil Webmaster
 

ESPACE PRESSE

Actualité
 
Actualité
Communiqué
Agenda
Publications
Liens utiles
Glossaire
FAQ
 
 

Direction Générale
Sis au quartier Bastos
B. P. : 16344 Nlongkak,
Yaoundé (Cameroun)
Tél / Fax :
(237) 22 20 31 99
EMail :
cpac.pesticide@cpac-cemac.org

 
PARTENAIRES
 
  PIP: Programme Initiative Pesticides  
 
  FAO: FAO  
 
  CEBEVIRHA: CEBEVIRHA  
 
  PNUD: Programme des Nations Unies pour le Développement  
 
  CPI: Conseil phytosanitaire Interafricain  
 
  UA: Union Africaine  
 
  CEMAC: COMMISSION DE LA COMMUNAUTE ECONOMIQUE  ET MONETAIRE DE L'AFRIQUE CENTRALE  
 
  CSP: Comité Sahélien des Pesticides  
 
  KEPHIS: Kenya Plant Health Inspectorate Services  
 
  Minader: Ministère de l'Agriculture et du Développement Rural  
 
 
 

Edition spéciale

Cpac Info Pesticides (CIP)
Télécharger la version en PDF de Cpac info
 
 


Espace presse >> Actualité

 Réagir à ce message CLiquez pour réagir à cet un article   Files RSS
 
Gabon: Mission de Libreville, Gabon du 08 au 11 Mars 2009
   
  Une vue des équipements à installer dans le bureau des Experts  

C’est autour de 22H après près d’ 1heure de vol en provenance de douala- Cameroun et nous avions été chaleureusement accueillis par Mr. MELAWOUNG avec qui nous avons mené tous les combats du 1er au dernier jour.


Le séjour en terre gabonaise n’a pas été de tout repos ou alors jonché de plusieurs difficultés. Nous en avons rencontré trois types de difficultés dès notre arrivé à l’aéroport.


 


La première : Départ sans visa. Parti du Cameroun sans avoir pensé au visa d’entrée au Gabon, nous avons été confrontés à ce problème lors du contrôle à l’aéroport. Malgré la présentation des ordres de mission, on nous a obligé à payer la somme de 45000Frs CFA chacun pour les frais de visa d’entrée. Ce qui a été fait et on a obtenu le visa.


 


La seconde : Un bagage resté à douala. Sans nous avoir avisé, nous nous sommes rendu compte à notre arrivé à Libreville que les bagages de certains passagers parmi lesquelles les nôtres étaient resté à douala. En effet, l’avion de la compagnie Air service très petite, ne pouvait pas transporter tous les bagages. Ils ont envoyé une partie et la seconde n’est arrivée que le lendemain soir (09/03/2009) autour de 22H.


 


La troisième : la douane. Tous nos colis ont été saisis par la douane qui demandait les frais de douane. Nous n’avons pu rien faire à notre niveau malgré les justificatifs que nous avions présenté. Rentrés dans notre hôtel, on a été reçu par Mr le secrétaire général du ministère de l’agriculture non seulement pour présenter les civilités, mais pour lui faire parts des problèmes que nous rencontrons. C’est alors qu’une correspondance adressée au Directeur des Douanes a été initiée à ce niveau pour demander l’exonération des frais de douane sur ces équipements qui revienne au ministère (à l’état). Une fois rendu à la direction des douanes le 10/03/2009, le directeur des douanes nous a dit « pour de telle exonération, une correspondance doit être faite deux semaines à l’avance avec en copie la liste du matériel afin que les dispositions soient prise ». Pour le cas d’espèce, rendez-vous nous a été donnée le 11/03/2009 à 15H afin de retirer une fiche qui nous permettra de ce rendre à l’aéroport pour le retrait dudit matériel.


 


Autre problème rencontré : manque de local. Même si nous avions tous ces équipements avec nous, on n’aurait pas pu installer car aucun local n’était encore disponible. Lors de notre rencontre avec Mr. Le Secrétaire Général du ministère de l’agriculture, il est ressorti qu’ils étaient entrain de chercher un bâtiment pouvant abriter le CNGP et le matériel et aucun bureau ne s’y prêtait pour même une installation provisoire.


Il faut aussi noter que jusqu’à notre départ de Libreville, nous n’avons pas pu rencontrer et discuter avec les autres membres du CPAC pour des raisons de leur indisponibilité.


 


De la connexion provisoire à internet. Nous nous sommes rendus chez quelques fournisseurs internet en l’occurrence zain et GabonTelecom qui offre les services internet avec la clé USB. Une étude comparative des prix, débit, et consommation de crédit nous a permis de choisir la solution de gabontélécom (quand l’installation sera effective) en espérant qu’ils ne seront pas aussi en rupture de clé USB au moment opportun.


 


De la rencontre entre les membres du CPAC. Il ressort du bref entretien entre notre délégation, Mr NDOUTOUME et Mr MELANWOUNG, que pour éviter de tel problèmes, il faudra beaucoup impliquer les membres du CPAC et leur dire qu’est ce qu’on attend d’eux lorsqu’il y a des travaux à faire. Même s’il faut leur donner les correspondances afin qu’ils acheminent cela à la hiérarchie. Car pour eux, ils ont été au courant de la mission tardivement et ne savaient pas quel pouvait être leur rôle. «Nous pouvons si on étaient au courant, de prendre sur nous la responsabilité de suivre la procédure douanière même avant votre arrivée » à dit l’un d’eux.


 


En résumé, notre séjour à Libreville n’aura été fait que de recherche de solution aux imprévus notamment la libre circulation des biens et des personnes en zone CEMAC (non résolu), le manque de local pour l’installation des équipements. Jusqu’à l’heure à laquelle nous quittions la direction des douanes à 17H40 (au risque de rater le vol), le directeur des douanes était en réunion et nous n’avons pas pu le rencontrer. Mr MELAWOUNG en possession de tous les documents relatifs au retrait des équipements restera le faire et déposer en lieu sûr pour une prochaine mission d’installation.


 


N.B. la connexion est dite provisoire parce qu’on espère que le ministère s’occupera de mettre en place la solution de connexion définitive et prendra en charge les frais de consommation.

Date:   20/03/2009  
Auteur Serge LIALE  
Source : 
CPAC Télécharger le rapport des commissions
   
 
 
Pesticide actu
Sensibilisation sur le renforcement de la coopération et de la coordination pour la mise en œuvre des Conventions de Bâle, de Rotterdam et de Stockholm en Afrique francophone
La Convention de Stockholm
La Convention de Rotterdam
La Convention de Bâle
Common Regulation on the Registration of Pesticides in the CEMAC zone
Plaquete de présentation du CPAC (Francais)
Plaquete de présentation du CPAC (Anglais)
Plaquete de présentation du CPAC (Espagnol)
Convention de Stockholm et stocks
ETAPE SUIVANTE – UNE CONVENTION VIVANTE
 
 
LIENS UTILES
Conseil Phytosanitaire Inter Africaine/AU
ISYSPHIT
CNIL
CPAC
CNIL
EPA's Office of Pesticide Programs (OPP)
West Africa Pesticide Programme
 
 

RECHERCHER

 
 

NEWSLETTER

 
 
 
 
 
 
Mail admin Plan du site Webmaster Espace réservé © 2007 cssi-cm, Tous droits reservé